Préjugés et prosaïsme

url(je tâcherai de m’en souvenir)

Parmi les handicaps de l’écrivain, on peut citer la panne d’inspiration, la plus redoutable. On pourrait imaginer qu’une seconde soit le mauvais style, par exemple. On imagine toujours en effet que seuls des freins intellectuels mettent en péril un beau projet d’écriture.

Or, il ne faudrait pas oublier tout simplement une piètre condition physique chez l’écrivaillon. Telle que :

  • la migraine (lundi) (sympa)
  • la conjonctivite dite syndrome de l’oeil du chat crevé (cette nuit) (je suis aveugle de l’oeil gauche et le droit semble atteint) (je bois du café pour me consoler) (il est 2h48) (y a pas d’heure pour le café qui console)
  • le mal de gorge (rien à voir mais tant qu’à me plaindre…)

Morituri te salutant !

Publicités

12 commentaires sur “Préjugés et prosaïsme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s